free web stats
Menu

Rénovation et rachat de crédits

ENFR - 28/01/2019 - Crédit immobilier

Rénovation et rachat de crédits
5 (100%) 1 vote

QUELS TAUX DU CREDIT POUR LA NOUVELLE ANNEE 2019 ?

 Contrairement aux prédictions, depuis un an, les taux du crédit immobilier n’ont pas varié. Au plus proches de leurs plus bas niveaux historiques, ils ont favorisé l’engouement des français pour l’emprunt. Déjà en novembre 2018, la banque de France annonçait que pour la première fois, le total des prêts immobiliers dans notre pays venait de dépasser les 1000 milliards d’euros, soit près de la moitié de la dette de l’état. La stabilité des taux du crédits va-t-elle se poursuivre en 2019 ? Quelques éléments de réponse avec Solution Crédits…

Des taux d’emprunt proches des plus bas niveaux historiques

En un an, les taux d’emprunt n’ont pratiquement pas bougé. Alors qu’on s’attendait à une remontée, ils ont même légèrement diminué. Si en janvier 2018, il était possible d’emprunter sur 10 ans à des taux allant de 0,80% a` 1,15 %, sur la même durée aujourd’hui, les taux moyens sont de 0,75% a` 1,15%. De même sur 20 ans, en ce début d’année 2019, les emprunteurs peuvent espérer des taux moyens de 1,25% à 1,55% contre 1,30% a` 1,65% l’année dernière.

Les taux du crédit ont donc renoué avec leur plus bas niveau historique, atteignant 1,50 % en moyenne à l’hiver 2018. Même si on a pu observer, en fonction des temps forts de l’année immobilière et des variations du marché des obligations, quelques ajustements des grilles chez les établissements bancaires, la règle est donc toujours au crédit bon marché.

Quelle évolution pour les mois à venir ?

Faute d’une reprise économique franche et d’une inflation encore limitée (1%), les spécialistes estiment que les taux devraient se maintenir à des niveaux extrêmement bas.

D’une part, les banques restent à l’offensive pour maintenir leur part de marché. Elles ont donc tout intérêt à pratiquer une politique de taux très accessibles afin de séduire les clients. En ce début d’année, on observe ainsi que les barèmes des banques ont mêmes diminué de 0,10% en moyenne sur 15, 20 et 25 ans par rapport au mois de décembre. Seules quelques banques régionales ont proposé des taux légèrement supérieurs. Entretenue par la guerre des prix sur le prêt immobilier, l’ère du crédit bon marché devrait donc se prolonger en 2019. Les spécialistes estiment que la hausse des taux devrait se limiter à 0,2 %, voire 0,3 % en 2019.

Par ailleurs, le marché immobilier n’est pas propice à une augmentation des taux d’emprunt. Après deux années records (près d’1 million de transactions dans l’immobilier ancien en 2017 et 2018), les professionnels du secteur s’attendent à un marché plus tendu cette année. Le maintien des taux bas est donc plus qu’essentiel pour maintenir le dynamisme des ventes. N’oublions pas qu’en 10 ans (2008-2018), pour une même mensualité et une même durée de crédit immobilier, un ménage peut emprunter 34 % de plus.

D’autre part, la remontée des taux directeurs de la Banque Centrale Européenne (BCE) semble ne pas être prévue pour demain. Indice de référence pour les banques, ces taux directeurs devraient rester à 0% au moins jusqu’à l’été 2019, notamment en raison de la faiblesse de la croissance générale et de l’attentisme naturel en début d’année sur tous les marchés.

De fortes capacités de négociation pour les meilleurs profils

Si les taux n’ont quasiment pas évolué en 2018, en revanche, les banques ont appliqué des barèmes de plus en plus personnalisés, voire de plus en plus complexes. En ce qui concerne les négociations, les clients haut de gamme ou en devenir (primo-accédants, jeunes à revenus évolutifs), obtiennent les meilleures conditions d’emprunt.

Pour les profils les plus intéressants, les établissements bancaires présentent souvent des taux de 20 centimes inférieurs aux moyennes habituelles. Quand les profils typiques obtiennent des taux aux alentours d’1,65% ou 1,70% sur 20 ans, les plus beaux dossiers passent souvent sous la barre des 1,50%. Une politique de négociation qui devrait certainement se poursuivre en 2019.

Quelle évolution pour l’assurance emprunteur en 2019 ?

En moyenne, les taux s’établissent aux alentours de 1,44% hors frais d’assurance. Si la stabilité des taux pour 2019 semble acquise au moins jusqu’à la fin du premier semestre 2019, il y a fort à parier que les assurances emprunteurs vont connaitre une légère hausse.

La Loi de Finances 2019, prévoit en effet une taxe de 9 % sur toutes les garanties, y compris pour les garanties perte d’emploi et incapacité/invalidité. Une mesure qui devrait peser sur le budget mais qui en cette période de forte revendication de la part des français quant à la pression fiscale, est plutôt passer inaperçue.  Elle devrait pourtant peser sur les capacités d’emprunt car elle augmentera le prix des assurances emprunteurs.

Certains spécialistes, prédisent même que cette décision pourrait fragiliser les contrats en délégation au profit des assurances groupes (proposées par la banque prêteuse). Rappelons que l’amendement Bourquin est venu élargir la possibilité de choisir une autre assurance que celle proposée par la banque, et cela chaque année. Avec la hausse de la taxe sur les garanties, l’effet de la libéralisation de l’assurance emprunteur devrait être atténué, car la différence de tarif entre un contrat groupe et un contrat en délégation sera diminuée en 2019.

effectuer une simulation

Tags :

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.